Accueil

La boutique

Contact

Qui sommes-nous ?

Newsletter

Glossaire

Plan du site

Navigation


Liens utiles

Partenaires

Courrier des lecteurs



Accès revendeurs

Votre recherche


Newsletter



RSS

   
Test : convertisseur N/A Hegel HD25 (1/2)


 

par Antoine Gresland

 

Prix généralement constaté : 1 990 euros

Durée du test : deux mois

Date de publication : octobre 2013

 

 

 

Petit à petit, mais avec constance, le constructeur norvégien Hegel est en train de se faire une place dans le cœur des amateurs de musique. Une réussite qui s’explique par une approche à la fois réaliste et innovante de la hi-fi incarnée, génération après génération, dans des appareils de plus en plus performants et toujours simples à utiliser dont nous avons souvent eu le plaisir de vanter les mérites. Ce n’est pas un discours marketing, c’est moi qui vous le dis, et je n’ai pas d’actions chez Hegel !

 

Un convertisseur 32 bits et beaucoup d'optimisation

 

Le convertisseur N/A Hegel HD25 vient prendre place au-dessus du HD20, un appareil qui démontrait déjà une maîtrise impressionnante du numérique à sa sortie de la part d’un bureau d’études dont c’était seulement le second DAC, après le HD10. Sur le plan pratique, il apparaît peu différent de son prédécesseur. Comme lui, il propose trois entrées S/PDIF (une optique et deux coaxiales), ainsi qu’un port USB asynchrone pour le relier à un ordinateur dans les meilleures conditions.

 

 

Doté de deux sorties analogiques (une asymétrique RCA et une symétrique XLR), le HD25 conserve aussi un niveau de sortie variable et une télécommande qui le transforme de facto en petit préampli numérique auquel il suffit d’adjoindre un bloc de puissance et une paire d’enceintes pour se composer un système. De quoi améliorer facilement une borne Air Port, un système Sonos, la sortie d’une box et, bien entendu, celle d’un ordinateur. Une opération aisée, puisque le Hegel, comme la plupart de ses congénères, installe automatiquement les drivers adéquats sur un Mac ou un PC lors de la connexion USB.

 

 


On pourra ainsi profiter de ses fichiers audio HD 24 bits jusqu’à 192 kHz, une fois le driver spécifique Hegel téléchargé depuis le site du constructeur et le petit switch placé à côté de l'entrée USB basculé en position B. Comme avec les autres DAC Hegel, la connexion USB permet à la télécommande d’agir sur les commandes de la plupart des lecteurs audio-vidéo Mac et PC pour sauter une plage, jouer ou mettre en pose la liste de lecture sélectionnée. Une fonctionnalité qui est également disponible avec la plupart des services de streaming tels que Spotify ou Rhapsody.

La qualité d’un convertisseur, c’est d’abord son alimentation, et dans ce domaine le Hegel HD25 a été particulièrement soigné ! À l’ouverture du coffret, on découvre huit rails individuellement redressés au plus près des composants qu’ils alimentent, sans oublier les composants de surface qui filtrent les tensions destinées aux DSP. On a aussi filtré l’arrivée du secteur, puis redressé par un double pont de diodes la sortie du petit transformateur torique qui alimente par deux enroulements secondaires les sections numériques et analogiques.

 

 

En matière de traitement du signal et de conversion N/A, le HD25 repose sur un circuit d’upsampling 24 bits – 192 kHz doté de sa propre horloge interne, suivi par un convertisseur 32 bits multiétage fonctionnant en sigma – delta AKM AK4399. C’est ce composant crucial qui est également chargé du volume variable, sur 100 pas. Il propose par ailleurs deux filtres numériques pour ajuster le son à son goût. D’une manière générale, tout a été fait pour réduire le bruit de l’appareil à sa plus simple expression et laissé passer le signal sans obstacle de l’entrée jusqu’à la sortie. Côté pile, on a pris soin d’isoler galvanométriquement par de petits transformateurs 75 Ω les entrées coaxiales S/PDIF et l’entrée USB pour éviter toute pollution et tout bruit indésirable en provenance des liaisons. Les deux premières bénéficient également de la technologie d’adaptation d’impédance développée par Hegel. Cette dernière est chargée de compenser l’impédance pas toujours idéale de certains câbles numériques RCA afin de réduire le jitter responsable, comme on le sait, de tous les maux en numérique.

 

 

Côté face, chaque composant constituant l’étage de sortie analogique a été choisi pour sa linéarité et sa stabilité, l’absence de courant de fuite permettant d’éviter la présence de condensateurs en série sur le trajet du signal. Le filtrage est ainsi confié à des amplis opérationnels Texas Instruments à faible distorsion ultrasilencieux (L49720 sur la sortie asymétrique et OPA827 sur la sortie symétrique) réputés pour leurs qualités musicales, et Hegel est fier d’annoncer la présence de transistors de sortie silicium germanium, également réputés pour leur faible bruit et leur fidélité au message. Sur le papier, c’est réussi, puisque la fiche technique du HD25 annonce un seuil de bruit à – 145 dB et un taux de distorsion typique de 0,0006 % ! Reste à savoir si tout cela se traduit en musique sur le terrain…

 

En plus de la petite télécommande, Hegel a prévu un autre moyen de changer d’entrée sur le HD25 : il suffit de taper deux fois sur le haut du coffret pour passer à la suivante. Sympa !

 

Vers la suite de l'article...

 

Haut de page


 

 













© 2014 - Ecouter Voir : info@evmag.fr - Infos légales - Plan du site - Réalisation : www.intramedia.fr