Accueil Finance Prix du carburant en Suisse : quels sont les facteurs qui impactent son évolution ?

Prix du carburant en Suisse : quels sont les facteurs qui impactent son évolution ?

Prix du carburant en Suisse : quels sont les facteurs qui impactent son évolution ?

En Suisse, il est fréquent de voir le prix du carburant tantôt grimper, tantôt devenir extrêmement moins cher. Si cette évolution du coût du carburant peut paraître parfois inquiétante, nous devons également avouer qu’elle est influencée par plusieurs facteurs. Ceux-ci sont d’ailleurs présentés ici. 

Le marché spot

Bien que la Suisse soit un pays qui importe des quantités remarquables de carburant, le prix auquel il le proposera va dépendre du marché spot. En réalité, selon le fonctionnement de ce marché, le prix du carburant est influencé par celui du pétrole. Or, le coût de ce produit dépend lui aussi de plusieurs paramètres. En effet, si la demande du pétrole brut est forte, son prix augmente et fait par ricochet grimper celui du carburant. De plus, si les pays fournisseurs de pétrole font face à des crises politiques ou d’autres conflits, cela peut également impacter le coût du carburant en Suisse.

A lire également : Les étapes clés pour économiser sur son assurance auto

Les cours de change entre le franc suisse et le dollar

Généralement, l’essence et les autres produits pétroliers se négocient en dollars américains. Par conséquent, les fluctuations du taux de change entre ces deux monnaies ont des conséquences sur le prix du pétrole et par ricochet sur celui du carburant. À vrai dire, si le franc est plus apprécié par le dollar, le prix du carburant ne risque pas d’être en hausse. Cependant, retenez que ce ne sont pas là les seuls facteurs qui influencent le prix du carburant en Suisse. Il y a également les coûts de fret sur le Rhin, les taxes perçues par l’État puis les frais de distribution et de transport vers le pays.

Les taxes et les impôts sur les carburants en Suisse

Un autre facteur important qui influence le prix du carburant en Suisse est la fiscalité. La Confédération suisse prélève une taxe fédérale sur les huiles minérales, tandis que les cantons ajoutent leurs propres taxes. Ces taxes sont ensuite appliquées aux montants d’essence et de diesel vendus dans chaque région.

A découvrir également : Bitcoin et ethereum : comment ces cryptomonnaies gagnent en popularité

Certains cantons ont aussi mis en place des incitations fiscales pour encourager l’utilisation de carburants plus respectueux de l’environnement tels que le biocarburant ou encore les véhicules électriques. Cela signifie qu’il peut y avoir des différences significatives entre les prix pratiqués dans différentes régions du pays.

Il faut penser à bien souligner que la taxation n’est pas la même pour tous les types de carburants. Les huiles minérales utilisées comme combustibles (par exemple, le mazout) peuvent être soumises à une ‘taxe CO2’ afin d’inciter à utiliser d’autres sources d’énergie moins polluantes.

Il ne faut cependant pas oublier un aspect crucial lié au système fiscal helvétique : son taux élevé est généralement compensé par un niveau plutôt bas des dépenses publiques • ce qui explique pourquoi, malgré ces coûts importants liés aux impôts sur les hydrocarbures, le prix final payé par le consommateur reste assez proche de celui observé chez nos voisins européens.

Les politiques environnementales et énergétiques du gouvernement suisse concernant les carburants

En Suisse, les politiques environnementales et énergétiques du gouvernement ont un impact important sur le prix des carburants. Depuis plusieurs années, la Confédération a mis en place différentes mesures pour encourager une réduction de la consommation d’hydrocarbures fossiles et favoriser l’utilisation de sources d’énergie renouvelable.

L’une des principales initiatives est celle visant à promouvoir l’utilisation de biocarburants. Il s’agit de combustibles produits à partir de matières premières telles que le maïs, le colza ou encore les betteraves sucrières. Contrairement aux carburants conventionnels, ils ne produisent pas autant d’émissions nocives pour l’environnement lorsqu’ils sont brûlés dans les moteurs.

Le gouvernement encourage aussi l’utilisation des véhicules électriques en offrant divers incitatifs fiscaux tels que des exemptions ou réductions d’impôt sur les voitures électriques et hybrides rechargeables ainsi que sur leurs infrastructures (bornes).

Il faut noter que depuis 2018, il existe une taxe CO2 qui touche certains types de combustibles comme le mazout. Cette taxe incite donc indirectement au recours à des alternatives plus respectueuses de l’environnement.

Il est possible qu’à long terme, la mise en œuvre effective du projet ‘élimination progressive nucléaire‘, qui vise à sortir progressivement du nucléaire jusqu’à son abandon total prévu entre 2029-2045 selon EDF Français qui gère un certain nombre de centrales ici en Suisse, favorise le développement d’autres formes d’énergie alternatives à faible impact environnemental. Cela pourrait potentiellement influencer les prix des carburants dans les années à venir.

Il apparaît donc clairement que le prix du carburant en Suisse est une question complexe qui dépend de nombreux facteurs économiques, politiques et écologiques.

ARTICLES LIÉS