Accueil Santé Comment ouvrir une boutique CBD en France ?

Comment ouvrir une boutique CBD en France ?

Selon une étude de la société irlandaise d’études de marché Research and Markets, les ventes de produits contenant le cannabinoïde cannabidiol (CBD) non psychoactif se sont élevées à 967,2 millions de dollars en 2020. Les ventes mondiales devraient atteindre 5,3 milliards de dollars américains d’ici 2020. Cela correspond à un taux de croissance annuel de plus de 40 %.

A voir aussi : Comment faire de l'huile de cannabis ?

La boutique allemande de CBD Gras Justbob s’attend également à une forte croissance des ventes au cours des prochaines années. Selon les informations de l’industrie, les produits CBD ont enregistré un chiffre d’affaires de 180 millions d’euros en Allemagne en 2020, et d’ici 2023, ils devraient atteindre 550 millions d’euros.

La Commission européenne (UE) arrête le processus d’approbation

Malgré la hausse des ventes et des ventes de produits CBD dans les pharmacies et les chaînes de vente au détail bien connues telles que DM et Rossmann, l’incertitude juridique demeure considérable pour les producteurs et les détaillants dans l’Union européenne (UE). C’est ce qui a conduit en juillet En 2020, un revers majeur pour l’ensemble de l’industrie, ainsi que la Commission européenne (CE) ont suspendu toutes les procédures d’approbation des aliments avec du CBD. EK a cité la raison en est qu’il ne peut être exclu que le CBD extrait soit également qualifié d’agent narcotique.

A voir aussi : Pourquoi les médecins regardent les oreilles ?

La Cour de justice rend une décision préjudicielle

La Cour de justice européenne (CJCE) a clairement contredit cette opinion juridique dans son arrêt (c-663/18). Selon l’état actuel de la recherche, le CBD n’a pas d’effets psychotropes et ne peut donc pas être classé comme une substance narcotique. Le contexte de la procédure a été une demande de la Cour d’appel française d’Aix-en-Provence à la Cour de justice européenne, avec une demande préjudicielle de vérifier si les dispositions locales sont compatibles avec le droit de l’Union.

Cela était nécessaire car un tribunal de Marseille, deux entrepreneurs condamnés à une amende de 10 000 euros chacun et un condamné à 18 et 15 mois d’emprisonnement en probation parce que ce CBD, produit à partir de l’ensemble de la plante de chanvre, avait été importé de la République tchèque. Toutefois, les lignes directrices en France n’autorisaient que l’importation et la vente de CBD, qui n’était produit qu’à partir des graines et des fibres de la plante de cannabis sativa.

Le CBD n’est pas un produit agricole

Dans le cadre de la procédure préjudicielle, la Cour de justice a d’abord dû enquêter sur la loi applicable. Les plants de chanvre complets sont inclus dans les produits agricoles énumérés à l’annexe I du règlement de la politique agricole commune, mais le CBD n’est pas un produit agricole selon les règlements.

Les règles relatives à la libre circulation des marchandises du traité sur le fonctionnement de l’UE (art. 28 et suivants. TFUE) s’appliquent donc, en raison de l’absence d’effet psychoactif, le CBD n’est pas considéré comme un « stupéfiant » ou un « médicament » au sens de La Convention sur l’unité des Nations unies de 1961 peut être définie. Selon l’article 34 du TFUE, l’interdiction de commercialisation en France est donc une mesure interdite qui constitue une ingérence dans la liberté de circulation des marchandises.

Les ventes de CBD dans l’UE sont légales

La décision de la CJCE confirme donc que les États membres de l’UE ne doivent pas interdire l’importation et la distribution de CBD légalement produit au sein de l’UE. Il n’est pas pertinent de savoir si le CBD est obtenu uniquement à partir des fibres et des graines ou de l’ensemble de la plante de cannabis.

La protection de la santé comme option d’interdiction ?

Il ne serait possible d’interdire en vertu de l’article 36 du TFUE que pour des raisons de protection de la santé publique, mais seulement si l’interdiction d’importation et de distribution est absolument nécessaire pour atteindre les objectifs. La CJCE a toutefois exprimé de grands doutes à ce sujet.

La France n’aurait pas à prouver que le CBD de l’ensemble de la plante de cannabis est aussi dangereux que pour une interdiction. d’autres médicaments, mais il faudrait démontrer, sur la base de données scientifiques, qu’il existe une menace pour la santé publique. Cependant, les risques purement hypothétiquement présents ne sont pas suffisants pour une interdiction de commercialisation.

Les interdictions de CBD dans l’UE avant la fin

L’industrie du CBD a vu le jugement de la CJCE extrêmement positif. Les experts s’attendent désormais à ce que des réglementations juridiques similaires à celles de l’interdiction d’importation française abaissée ne répondent pas non plus aux exigences élevées de la libre circulation des marchandises. Cela pourrait conduire à une harmonisation des règles réglementaires sur la CDB au sein de l’UE. Selon les experts de l’industrie, la sécurité juridique créée par cela pour les producteurs, les détaillants et les consommateurs de produits CBD pourrait entraîner une véritable explosion des revenus.

Source : https://www.business-on.de/cannabidiol-cbd-ist-laut-urteil-des-eugh-keine-droge.html

ARTICLES LIÉS

Show Buttons
Hide Buttons