Accueil Immobilier Bricoleur amateur : conseils et astuces pour poser soi-même son escalier d’intérieur

Bricoleur amateur : conseils et astuces pour poser soi-même son escalier d’intérieur

Remplacer son escalier intérieur : un travail réalisable par un amateur ?

Moderniser son intérieur pour le rendre un peu plus au goût du jour fait partie des grands projets de la nouvelle année pour plusieurs propriétaires. En effet, tout comme la mode vestimentaire, le lieu de vie est aussi soumis à des tendances en termes de designs, d’agencement, de décoration et même de couleur. À travers la rénovation, les résidents sont donc en mesure de profiter d’un nouvel aménagement qui rend l’occupation de son lieu de vie encore plus confortable.

Pour ce qui est de 2022, l’escalier d’intérieur compte parmi les composants au cœur d’une toute nouvelle orientation. Et pourtant, beaucoup hésitent à se lancer dans de tels travaux en raison de la complexité des manœuvres et de la somme potentielle des réalisations. Une inquiétude qui n’a aucune raison d’être pour un amateur s’il dispose des meilleures références, méthodes et astuces ! Retour sur les conseils à ne pas négliger pour remplacer son escalier d’intérieur soi-même en tant que novice.

A lire en complément : Comment acheter en LMNP ?

Les dimensions et caractéristiques du nouvel escalier : des essentiels à ne pas négliger

Avant toute opération de modification, il est primordial de considérer au préalable toutes les caractéristiques qui composeront votre futur nouvel escalier. Étape essentielle dans le processus de remplacement (avec ou sans professionnel) ; connaître les dimensions et certaines caractéristiques à l’avance est primordial. Ces informations auront en effet des impacts majeurs dans toute la procédure de réalisation en mettant en exergue les contraintes et les réglementations à respecter.

Pour ce faire, commencez donc par calculer toutes les mesures requises pour une installation adaptée de votre prochain escalier d’intérieur. Ces calculs se font en se basant sur plusieurs points dont :

A voir aussi : Faut-il faire le diagnostic mérule ?

  •         Le nombre de marches et les dimensions de chacune d’elle (hauteur, largeur, épaisseur, giron…)
  •         La hauteur de l’escalier : ce paramètre correspond le plus souvent à la hauteur entre le rez-de-chaussée (à partir du revêtement de sol) et le premier étage (le plancher du premier niveau). Cette indication permet d’évaluer la longueur nécessaire qu’aura votre prochaine structure.
  •         La pente : ici, il sera nécessaire d’employer la formule de Blondel pour s’assurer que votre escalier soit droit. Somme de deux fois la hauteur d’une marche et d’un giron (distance entre les bords de deux marches), la pente idéale est fixée entre 59 et 63 cm pour une meilleure inclinaison.
  •         Dimensions de la trémie : correspondant à l’espace vide sur la face supérieure de l’escalier (au niveau du plancher de l’étage), la trémie est le passage de l’escalier. Vous devez ainsi définir la mesure maximale permise par le plancher supérieur. La forme de cette dernière change selon le type d’escalier choisi.
  •         Mesures de la zone d’encombrement : c’est la partie au niveau de laquelle le pied de l’escalier reposera. Cette zone sera à calculer en partant du mur jusqu’à la largeur souhaitée pour votre escalier.

L’ensemble de ces renseignements vous permettront de réaliser votre choix parmi la gamme d’escaliers intérieurs large chez les menuiseries de références comme Bob Le Menuisier. Vous y êtes garanti de trouver la structure qui s’adapte non seulement au style de votre intérieur, mais qui saura également répondre à tous les critères de dimensions grâce à la conception entièrement sur mesure. Le choix est cependant à faire selon la tendance, mais aussi en fonction de l’esthétique recherchée.

L’installation : une manœuvre primordiale dans la réussite du projet

Même avec toutes les mesures qui caractérisent l’efficacité, la sécurité et le bon design de votre escalier, l’étape de l’installation est tout aussi capitale. Si vous décidez de faire l’impasse sur l’aide d’un expert, veillez à vous informer au maximum et tout comprendre avant de vous lancer dans cette phase pouvant être bien complexe à mener. Les conseils suivants vous permettront de réaliser toutes les manœuvres nécessaires dans les bonnes conditions :

–          Commencer par la trémie

Avant de mettre en place votre escalier, commencez par la trémie puisque c’est cette ouverture qui vous permettra d’installer plus aisément la structure. N’oubliez pas les calculs réalisés pour ne pas vous tromper et avoir une trémie trop petite ou trop grande. Au-delà des mesures, la forme de la trémie et le type de plancher comptent parmi les autres éléments à ne pas négliger.

–          La pose en fonction du design de l’escalier

La pose d’un escalier est définie en fonction de son type. Il est donc ultra-important de considérer en premier lieu les manœuvres essentielles pour une bonne fixation selon les besoins, le format et les caractéristiques de la structure. Le design principalement mis en exergue pour un escalier d’intérieur est aujourd’hui l’association de bois et de métal sous forme droitequart-tournante ou hélicoïdale.

ARTICLES LIÉS