Accueil Famille Quel diplôme pour être famille d’accueil ?

Quel diplôme pour être famille d’accueil ?

Devenir une famille d’accueil pour un bébé est le signe d’un engagement fort. C’est aussi un vrai travail avec des tâches qui peuvent parfois être difficiles. Cette tâche exige non seulement une grande implication, mais aussi des qualités humaines extraordinaires. Avant d’attendre de devenir une famille d’accueil pour un bébé, il est important de connaître les différentes conditions à remplir.

A lire également : Quel changement pour les APL en 2021 ?

Devenir une famille d’accueil, que dit la loi ?

Devenir une famille d’accueil pour un bébé est une activité hautement supervisée. Conformément au décret n° 2006-627 du 29 mai 2006, la collecte de mineurs ou de jeunes adultes âgés de 18 à 21 ans nécessite une autorisation. L’activité d’un assistant familial est donc subordonnée à l’obtention d’une accréditation pour l’obtention d’un diplôme de formation.

En plus de recevoir un enfant à long terme, d’autres options à la maison sont également possible :

A lire aussi : Quand prévenir son employeur pour un congé parental ?

  • Réception d’urgence pour un court séjour
  • Autorisation pour une observation de trois à six mois
  • Autorisation pour les adolescents de 12 à 21 ans
  • Permission d’une fille mineure avec un enfant.

Afin de devenir une famille d’accueil, les étapes pour trouver un employeur doivent être effectuées par le futur assistant lui-même. Les employeurs potentiels sont des associations ou institutions médicales d’une part, mais aussi les services sociaux du conseil départemental, d’autre part. Mais avant cela, une demande doit être adressée au préalable au président du Conseil départemental. Cette application vous permet d’insérer votre fichier.

Comment puis-je obtenir l’accréditation ?

Obtenir un permis d’exercer la profession d’assistant familial nécessite la création d’un dossier, la collecte d’informations et se termine par un examen psychologique.

La création du fichier

Le premier pour obtenir l’autorisation de devenir une famille d’accueil commence par la création d’un fichier de demande. Il s’agit d’un formulaire (Cerfa N° 13395*02) qui doit être rempli avec soin. Chaque erreur ne fera que retarder la procédure. Le demandeur doit ensuite fournir un certain nombre de pièces justificatives. Ceci est un extrait du casier judiciaire de tous les membres adultes de votre famille et un certificat médical. La demande d’agrément est normalement effectuée pour une durée de quatre mois.

Collection d’informations

La procédure d’approbation est déclenchée par une assemblée générale pour recueillir des informations sur le candidat. Ceci est suivi d’un examen social et psychologique effectué par trois agences. Ces organisations sont la protection de la mère et de l’enfant (PMI), la protection de l’enfance (ASE) et les services sociaux mandatés par le Conseil général.

Une enquête sociale et psychologique

Dans le cadre de cet examen, plusieurs visites seront effectuées par des fonctionnaires affiliés aux services concernés (garderie, travailleur social, etc.). Une interview avec un psychologue est également prévue. Le but de cette recherche est de vérifier le degré d’implication du candidat. Cela permet de savoir combien de temps le candidat est embauché et quel est son niveau de compétence en français. L’état de l’hébergement est également évalué au cours de ces visites. Enfin, une enquête est menée sur le mode de vie du candidat afin de comprendre son atmosphère familiale.

Quel temps d’attente avant l’autorisation ?

Après avoir reçu le dossier complet, le candidat devra attendre quatre mois avant d’obtenir une réponse. Le délai d’attente peut être prolongé de deux mois sur décision du président du Conseil général. En l’absence de réponse dans les délais prescrits, l’agrément est réputé avoir été accordé.

À la fin de l’enquête, si l’approbation d’une famille d’accueil est accordée, il est valable pour une durée légale de 5 ans, renouvelable. Cette autorisation confère un droit de réception sur toute la France. Il indique également le nombre d’enfants pouvant être hébergés et la durée de validité, c’est-à-dire la durée légale de l’accueil.

Le refus d’accorder l’agrément est motivé par écrit et accompagné d’une justification valable. En cas de désaccord, le demandeur a le droit de contester cette décision au moyen d’une lettre.

Seulement après 60 heures de formation, l’assistant familial pourra recevoir le bébé. En outre, 240 heures de formation supplémentaire sont également prévues à une date ultérieure. Ils sont répartis sur 18 à 24 mois et portent sur les aspects éducatifs, psychologiques et juridiques de la profession d’assistante familiale. A l’issue de cette formation finale, le candidat sera enfin en mesure de présenter le Diplôme d’Etat d’Assistant Famille (DEAF).

Bien que ce diplôme est obligatoire, il n’est pas essentiel d’exercer la profession d’assistant familial. Il est beaucoup plus utile dans les procédures de renouvellement des licences. Permet d’obtenir un renouvellement automatique de l’approbation à la fin de la période de validité. Ce diplôme peut également être obtenu en validant l’expérience acquise (VAE).

Assurer le développement du bébé au sein de la famille d’accueil

Une fois les formalités accomplies et l’approbation obtenue, le nouvel assistant familial est investi de tous les pouvoirs qui lui sont conférés ou qui lui sont conférés. Le rôle de l’assistant familial ne se limite pas seulement à l’accueil d’un ou plusieurs enfants dans sa maison. Elle doit également assurer le développement de ce dernier. Pour réussir sa mission, il peut être accompagné d’un travail social qui fera tout son possible pour rendre les choses plus faciles pour lui.

Lorsque l’assistant familial rencontre des difficultés avec un bébé, il peut demander une redirection. Le bébé peut être dirigé vers une autre famille d’accueil plus appropriée. L’assistant doit d’abord prendre soin de donner de l’affection, de l’amour et d’un environnement sûr qui permet au bébé de fleurir pleinement dans sa nouvelle famille. Il doit faire tout ce qui est nécessaire pour offrir un mode de vie décent au bébé.

Maintenir un lien avec les parents biologiques du bébé

L’ aidant devrait exercer son pouvoir discrétionnaire en ce qui concerne l’expérience de l’enfant à la maison. Quand il s’agit d’un bébé, la situation devient encore plus délicate. Les parents biologiques conservent souvent l’autorité parentale. Les décisions importantes sur le bébé, par conséquent, nécessitent l’autorisation des parents biologiques du bébé.

L’ assistant familial devra maintenir de bonnes relations avec la famille du bébé. Les visites médicales, les voyages scolaires, le départ en vacances de l’enfant doivent être discutés avec les parents de l’enfant. Ces protocoles sont requis, même s’ils sont parfois difficile à gérer.

Trouver un équilibre à la maison avec la réception du bébé

Avoir un bébé dans votre maison pendant 5 ans est une tâche qui n’a pas d’instructions universelles pour l’utilisation. Cette arrivée peut parfois causer un déséquilibre au sein de la famille. Par conséquent, il est nécessaire de se préparer sérieusement à cela car à la fin le bébé n’a rien demandé.

N’ hésitez pas à demander l’aide de votre tuteur en cas de problème. Les psychologues obligatoires seront également en mesure de vous soutenir afin que l’harmonie règne au sein de l’amille.

ARTICLES LIÉS

Show Buttons
Hide Buttons