Accueil

La boutique

Contact

Qui sommes-nous ?

Newsletter

Glossaire

Plan du site

Navigation


Liens utiles

Partenaires

Courrier des lecteurs



Accès revendeurs

Votre recherche


Newsletter



RSS

   
Jean-Pierre Mas - Latinalma


par Antoine Gresland

 

Latinalma, c’est d’abord l’histoire d’une passion de toujours, celle du pianiste catalan Jean-Pierre Mas, pour la musique d’Amérique latine. Une passion qui pousse aujourd’hui l’artiste à faire acte de résistance, parce qu’il ne trouve plus de mélodie nulle part. « La mélodie, c’est ce qui reste lorsque l’on a tout oublié. Un mystère en péril qu’il convient de préserver ».

Cette âme latine est aussi une histoire de rencontres. Celles, émouvantes et nostalgiques, avec deux très belles voix de la musique sud-américaine, la chanteuse vénézuélienne Elvita Delgado, qui ouvre le disque avec « Partir o seguir » (partir ou rester), et la Brésilienne Sheyla Costa, qui se revendique du grand Caetano Veloso. Deux très beaux duos habités par le piano et la musique de Jean-Pierre Mas et les textes que les deux artistes ont écrits pour l’occasion. Une reprise touchante aussi, « Alfonsina y el mar » d’Ariel Ramirez (paroles de Felix Luna) par Evita Delgado, portée par la sensualité de sa voix expressive.

Pour exprimer cette « musique de la solitude de l'homme entre tous depuis beaucoup plus de cent ans. Seul et toujours riche, toujours résonant de la solitude des autres. Parce que la mélodie, de manière encore plus énigmatique que le rythme et le tempo, contraint à partager l'incommunicable" comme le dit si bien Alain Gerber dans les notes du livret du CD, cette saudade langoureuse qui touche au cœur, Jean-Pierre Mas a composé de très belles mélodies qu’il exprime avec gravité pour toucher à l’âme.

Une âme qui s’exprime aussi à travers le lyrisme du bandonéon de Juan José Mosalini et les poèmes de Vinicius de Moraes lus par un autre passionné du Brésil, l’acteur Pierre Barouh, qui récite les mots traduit du brésilien par Didier Lamaison, seulement souligné par le piano de Jean-Pierre Mas.

 

 

Le résultat de ces alchimies délicates est un album au parfum nostalgique, quelque chose qui n’a, dans sa forme au moins, plus grand-chose de populaire, dans la sophistication épurée de ce dessin à la pointe claire. La voix d’Evita Delgado sur « Partir o seguir », suivi d’un étonnant hommage à la chanteuse coréenne Youn Sun Nah (on le comprend, nous sommes aussi tombés sous son charme !) au piano et au bandonéon, puis la fluidité électrisante du brésil avec Sheila Costa, une poésie récitée par Pierre Barouh… Latinalma est une invitation à toutes les latinités, l’écriture de Jean-Pierre Mas s’inspirant des grands thèmes de l’Amérique du Sud, notamment brésiliens, quand il ne les cite pas explicitement, à l’image du « Corcovado» de Jobim, en toile de fond d’un poème de Vinicius de Moraes.

Une musique que l’on écoute les yeux mi-clos, pour se laisser pénétrer de cette âme latine qui entraîne vers une forme de douce mélancolie. Des mélodies qui donnent envie de rentrer à son tour en résistance, parce que l’on peut « danser en riant ou en pleurant » et que l’âme latine s’exprime autant du côté sombre que dans les froufrous du carnaval. Parce que de l’ombre naissent souvent les plus grands feux intérieurs… Celui de Jean-Pierre Mas n’est pas prêt de s’éteindre !

 

La musique : ★★★★

 

Un peu de technique :

 

Latinalma profite d’une production qui lui ressemble : tout en subtilité, chaque interprète venant prendre sa place dans la mélodie avec une forme d’évidente simplicité, une présence qui rapproche des artistes, des voix, du piano, du bandonéon. Un espace sonore concentré entre les enceintes qui met aussi en valeur l’intimité de la musique et des paroles. Magnifique !

 

Le son : ★★★★★★


Jean-Pierre Mas

Latinalma

Chez Out Note

 

 

 













© 2014 - Ecouter Voir : info@evmag.fr - Infos légales - Plan du site - Réalisation : www.intramedia.fr